Les besoins en eau et les risques d'inondation et de submersion marine

 

BESOINS EN EAU

L’eau douce est une ressource naturelle indispensable au maintien de la biodiversité et des activités de notre territoire : production d’eau potable, élevages, productions industrielles, etc.

LES BESOINS EN EAU ET LES INONDATIONS

Sur notre territoire, le contexte hydrogéologique favorise les captages en eaux superficielles :

90% de l’eau potable provient des cours d’eau, notamment du Léguer, du Min Ran, du Guic et du Yar.

En moyenne, près de 7 000 000 m3 sont prélevés par an, dont 5,5 millions m3/an destinée à l’alimentation en eau potable.

La ressource en eau est suffisante pour satisfaire les usages (prélèvements pour l’alimentation en eau potable, prélèvements agricoles, industriels, etc.) et le maintien du bon état des milieux aquatiques.

Cependant, les épisodes de sécheresse des années 2003, 2011, 2017 et 2018 ont montré les limites de la disponibilité de cette ressource. Certaines prises d’eau ont eu des difficultés à respecter les débits réservés* en période d’étiage**, moment où la demande est la plus importante (période estivale, tourisme).

* débit réservé: L'article L.214-18 du code de l'environnement impose à tout ouvrage transversal dans le lit mineur d'un cours (seuils et barrages) de laisser dans le cours d'eau à l'aval, un débit minimal garantissant en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces présentes.

** période d'étiage: période de l'année où le niveau des cours d'eau est le plus bas.

 

Sécheresse exceptionnelle en 2017 et vigilance sécheresse en septembre 2018 : la ressource en eau est fragile, préservons là !

Depuis septembre 2016, il était mesuré un déficit pluviométrique et un bas niveau des débits des cours d'eau et des nappes souterraines. Les pluies des derniers mois n'avaient pas permis de recharger les nappes. Face à ce constat, le Préfet des Côtes d'Armor avait signé, le 11 mai 2017, un arrêté réglementant les usages de l'eau en vue de la préservation de la ressource en eau dans les Côtes d'Armor.

Arrêté réglementant les usages de l'eau en vue de la préservation de la ressource en eau dans le département des Côtes d'Armor (20-01-2017)

Arrêté réglementant les usages de l'eau en vue de la préservation de la ressource en eau dans le département des Côtes d'Armor (11-05-2017)

Arrêté de mise en vigilance de l'ensemble du département des Côtes-d'Armor pour faire face à un risque de pénurie d'eau dû à la sécheresse (21-09-2018)

RISQUES D'INONDATION et DE SUBMERSION MARINE

Le risque d’inondation dépend des facteurs naturels (géologie, climat) mais aussi de l'aménagement du territoire.

Les modifications apportées aux éléments du paysage (maille bocagère, zones humides, cours d'eau, sol, végétation) ont des conséquences sur les conditions d’écoulement et d'infiltration des eaux. 

Sur le territoire du SAGE, le risque d’inondation touche plus particulièrement Belle-Isle-en-Terre et Lannion.

 

 

ORIENTATIONS ET DISPOSITIONS du Plan d'Aménagement et de Gestion Durable (PAGD)


Enjeu 2 : Anticiper pour assurer un équilibre global entre les ressources et les usages (eau potable, activités humaines, fonctions biologiques)


Les orientations du SAGE visent à :

-         - mettre en place des politiques volontaristes en matière d’aménagement et de gestion des espaces visant à favoriser l’infiltration et le rechargement des nappes en :

  • améliorant la gestion des eaux pluviales au niveau urbain et rural
  • favorisant l’infiltration des eaux en préservant et en restaurant les zones humides, les cours d’eau et le bocage (aménagement rural), notamment au niveau des têtes de bassin versants

-         -  réduire la demande en eau

-          - limiter les pertes des réseaux d’eau potable

-          - sensibiliser et informer les consommateurs sur l’état de la ressource en eau

-          - veiller à l’adéquation entre le développement des projets consommateurs d’eau et le partage des usages.

 

Enjeu 4 : Mettre en œuvre des principes d’aménagement des espaces, en cohérence avec les usages de l’eau, des milieux et la prévention des risques

Les principes d’aménagement des espaces doivent permettre de :

-          assurer le rechargement des nappes

-          limiter les crues voire les inondations localisées et débordements ponctuels

-          limiter l’impact des à-coups hydrauliques sur la morphologie des cours d’eau

-          limiter les transferts de polluants par ruissellement vers les milieux.

Pour cela, le SAGE vise l’amélioration de la gestion des eaux pluviales, notamment en privilégiant l’infiltration des eaux à leur ruissellement rapide.

Le SAGE vise également la surveillance et l’anticipation des problématiques de long terme que sont l’érosion du trait de côte et les risques de submersion marine.

 

 

Enjeu 2 : Anticiper pour assurer un équilibre global entre les ressources et les usages (eau potable, activités humaines, fonctions biologiques)

Orientation 13 : Rechercher un équilibre entre la ressource et les besoins en eau dans un contexte de changement climatique

Disposition 34 : Mettre en place une réflexion sur le bilan besoins / ressources

Orientation 14 : Maitriser les besoins en eau

Disposition 35 : Diagnostiquer et réaliser des économies d’eau dans les équipements publics

Disposition 36 : Communiquer et sensibiliser la population aux problématiques de gestion quantitative des cours d’eau en période d’étiage ou de sécheresse

Disposition 37 : S’assurer de l’adéquation entre potentiel de développement des territoires et volumes en eau potable disponibles en amont des projets de développement urbain

Orientation 15 : Optimiser les rendements de distribution et sécuriser l’alimentation en eau potable des populations

Disposition 38 : Mettre en place ou actualiser les schémas directeurs d’alimentation en eau potable

Disposition 39 : Evaluer la possibilité de réouverture des captages abandonnés

 

 

Enjeu 4 : Mettre en œuvre des principes d’aménagement des espaces, en cohérence avec les usages de l’eau, des milieux et la prévention des risques

Orientation 23 : Assurer une gestion intégrée des eaux pluviales

Disposition 63 : Mettre en place les outils permettant une gestion intégrée des eaux pluviales en milieu rural et zone urbanisée

Disposition 64 : Définir les conditions de bonne gestion des écoulements d’eaux pluviales

Disposition 65 : Mener une réflexion sur la gestion des eaux pluviales des infrastructures routières

Orientation 24 : Prévenir les crues et les risques d’inondations

Disposition 66 : Intégrer la préservation des zones d’expansion des crues dans les documents d’urbanisme

Disposition 67 : Améliorer la prévision des crues et sensibiliser à la culture du risque d’inondation

Orientation 25 : Prévenir les risques de submersion marine et d’érosion côtière

Disposition 68 : Préciser un état des lieux et dresser un diagnostic des zones à risques naturels sur le littoral afin d’évaluer la pertinence de la stratégie de défense contre la mer et contre l’érosion côtière et sensibiliser à la culture du risque de submersion marine et d’érosion côtière

Disposition 69 : Prendre en compte le risque de submersion marine et d’érosion côtière dans les documents d’urbanisme

Disposition 70 : Suivre et limiter les effets des travaux de protection sur les milieux